Rencontre et échange sur les dispositifs de bacs à marée

Rencontre et échange avec la communauté des communes de l’île d’Oléron et les dispositifs de bacs à marée sur le territoire Oléronais.

C’est avec grand plaisir que nous avons été accueillis dans les locaux du pôle OLÉRON ZÉRO DÉCHET https://www.facebook.com/oleronzerodechet/ de la communauté des communes de l’île d’Oléron http://www.cdc-oleron.com.

Nous avons pu échanger sur tout le process qui a été déployé progressivement sur l’île depuis 2016 pour arriver aujourd’hui à 18 bacs qui ont permis de collecter environ 100 m3  de déchets issus de l’activité humaine échoué sur les côtes. Le design des bacs à été validé par l’ABF (Architecte des Bâtiments de France). l’île à fait le choix de ne laisser les bac à marré que pendant la saison hivernale (de novembre à Mars) pour éviter qu’il soit transformer à bac à poubelles durant la saisons estivale.

La documentation transmise et les informations échangées sur la mise à disposition d’outils de ramassage volontaire sur les plage du territoire sont précieuses en vue d’une adaptation aux côtes méditerranéenne. Il s’agit d’actions agissant principalement sur le ramassage des macro-déchets.

Détail du bac à marée :

Le bac à marée est un bac d’environ 1 m3 où les promeneurs peuvent déposer les déchets anthropiques (relatif à l’activité humaine) retrouvés sur la plage. Sa disposition tient compte d’un certain nombre de paramètres (risque de submersion, prise au vent, passage des promeneurs, facilité de manutention, livraison et accessibilité pour le vidage des bacs.

Ici la conception des bacs à marée s’inscrit dans une logique d’économie circulaire avec des bacs fabriqués à partir de bois de palette de récupération. Un bidon découpé permet de récupérer les débris de verre. Un affichage sur le bac permet d’informer du rôle et des préconisation d’utilisation du bac.

La mesure de l’efficacité : 

  • Le taux de remplissage des bacs (et pour réellement des matériaux échoués)
  • Le nombre de collecte effectués selon les sites/plages
  • L’usure et la nécessite de remise en état (panneaux)
  • Détérioration volontaire
  • Usage détourné des équipements par le remplissage des bacs avec des poubelle ménagères.

Coût : 

Le coût pour la collectivité est de 144 € (impression des panneaux de consigne étanches, matériel de fabrication, main d’oeuvre…)

Suivez l’OPERATION PLASTIC by Wimbi.org® sur ce site qui sera adapté à la Méditerranée.

Ou sur ce groupe https://www.facebook.com/groups/346211416219701/?source_id=316892052000061

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *