Le « soleil artificiel » de la Corée du Sud atteint 100 millions de degrés

Le réacteur  à plasma sud-coréen établit un nouveau record en fusion nucléaire en atteignant 100 millions de degrés durant 20 secondes.

Bienvenue dans le centre de recherche KSTAR a réussi à maintenir une température de plus de 100 millions de degrés Celsius pendant 20 secondes, recréant ainsi à petit échelle les conditions intenses du soleil.

L’essai a été mené le 24 novembre dernier par l’institut sud-coréen de recherche sur la fusion nucléaire (KFE). L’organisme et son appareil, aussi connu sous le nom de « soleil artificiel coréen », n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils cherchent chaque année à battre les records de maintien du plasma à haute température.

PROMESSE D’UNE ÉNERGIE IDÉALE

Cette approche est très encourageante pour l’avenir, car elle est plus sûre que la fission nucléaire, génère moins de déchets polluants, n’émet pas de gaz à effet de serre (ce qui rend ce type de recherche compatible avec les objectifs climatiques de limitation de la hausse de la température moyenne sur Terre), s’avère pilotable, nécessite moins de combustible et apparait être un investissement durable, car elle repose sur des ressources abondantes et facilement accessibles.

Mais pour l’instant, on n’en est pas encore là. Les recherches dans ce domaine sont encore très expérimentales et ce sont des prototypes et des démonstrateurs qui sont mis en œuvre, pas des réacteurs prêts à produire de l’électricité. Le prochain objectif de l’Institut national de la recherche sur la fusion, qui supervise KSTAR, est de pouvoir conserver un plasma pendant 5 minutes, d’ici 2025.

PROCHAIN CAP : 2025, AVEC LE SOUHAIT DE MAINTENIR LE PLASMA PENDANT 5 MINUTES